Questions fréquemment posées

L’Atlas du diabète de la FID est la ressource qui fait autorité quant à l’impact mondial du diabète. Publié pour la première fois en 2000, il a été élaboré par la Fédération internationale du diabète (FID) en collaboration avec un comité d’experts scientifiques du monde entier, et il contient des statistiques sur la prévalence du diabète, la mortalité liée au diabète et les dépenses de santé aux niveaux mondial, régional et national. La 9ème édition a été conçue grâce à des subventions éducatives (2018 à 2019) de l’Alliance Pfizer-MSD, avec le soutien supplémentaire de Lilly Diabetes et Novo Nordisk.

La 9ème édition de l’Atlas du diabète de la FID contient les modifications suivantes :

  • Davantage de données sur la prévalence du diabète dans des langues autres que l’anglais (à savoir l’arabe, le chinois, le danois, le français, l’allemand, le portugais, le russe et l’espagnol). 
  • L’examen de l’émergence inquiétante du diabète de type 2 chez les enfants et les jeunes (Chapitre 1) et davantage d’importance accordée aux complications aiguës associées au diabète infantile (Chapitre 5).
  • Des estimations quant à l’incidence du diabète chez les enfants et les adolescents, ainsi que chez les adultes, sont incluses (Chapitre 3). 
  • Des projections de l’hyperglycémie pendant la grossesse pour les années 2030 et 2045 sont incluses (Chapitre 3). 
  • Les coûts indirects du diabète sont inclus (Chapitre 3).
  • Les questions de l’accès à l’insuline et des implications de la couverture sanitaire universelle (CSU) sont abordées (Chapitre 6).
  • L’interrelation entre le diabète et le cancer fait l’objet d’une nouvelle section (Chapitre 5). 
  • Une importance plus grande est accordée à la faisabilité de la prévention du diabète de type 2 (Chapitre 6) et le même chapitre invoque le désir de prévenir ou retarder le processus du diabète de type 1.
  • Un Manuel de plaidoyer a été élaboré. Il contient des statistiques et des arguments clés pour servir de boîte à outils et est destiné aux militants anti-diabète.

Les données utilisées dans la 9ème édition de l’Atlas du diabète de la FID proviennent de diverses sources telles que des articles scientifiques évalués par des pairs, des sites Web des Ministères de la Santé et des enquêtes sanitaires nationales et régionales. Des rapports officiels d’organisations internationales, telles que l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ont également fait l’objet d’une évaluation de leur qualité et cette dernière a été définie par consensus avec un groupe d’experts internationaux. Les sources de données qui répondaient à des critères de sélection stricts ont été incluses dans l’analyse des données.

Des intervalles de confiance ont été créés pour évaluer l’incertitude liée aux estimations de la prévalence du diabète. Des estimations quant à l’incertitude ont été établies pour déterminer l’impact des diverses décisions analytiques face aux estimations finales de la prévalence. Ces intervalles reflètent donc les niveaux d’incertitude relatifs aux estimations de la prévalence du diabète.

Les projections quant à la prévalence pour 2030 et 2045 ne tiennent pas compte de l’évolution prévue des facteurs de risque du diabète (par exemple, le poids) et ne se basent que sur des changements au niveau de l’âge et de l’urbanisation. Par conséquent, les projections sont assez prudentes et l’intervalle de confiance est très large.

Les personnes vivant avec un diabète non diagnostiqué sont incluses dans les estimations du nombre total de personnes atteintes de diabète pour 2019, 2030 et 2045.

L’incidence correspond au nombre de nouveaux cas d’une maladie ou affection dans un groupe défini d’individus sur une période spécifiée. Par exemple le nombre de nouveaux cas de diabète de type 1 chez les enfants et adolescents vivant dans un pays donné en une année.

La prévalence correspond au pourcentage ou nombre d’individus au sein d’une population qui est déjà atteint d’une maladie ou affection à un moment donné (à un moment précis ou sur une période définie).

La prévalence nationale ou régionale correspond au pourcentage réel de la population adulte (20 à 79 ans) d’un pays ou d’une région qui vit avec le diabète. Elle est calculée en divisant le nombre estimé de cas chez les adultes par la population totale chez les adultes. La prévalence nationale doit être utilisée lorsqu’il s’agit de communiquer des statistiques pour un seul pays ou une seule région, ou lorsque les statistiques communiquées ne sont pas données à des fins de comparaison. 

La prévalence comparative ajustée en fonction de l’âge est plus appropriée pour comparer les pays entre eux ou les Régions entre elles. La prévalence comparative ajustée en fonction de l’âge est calculée en partant du principe que la répartition par âge d’un pays ou d’une Région est identique à celle de la population mondiale. Étant donné que la prévalence du diabète augmente avec l’âge, les estimations brutes quant à la prévalence ne peuvent pas être utilisées pour comparer la prévalence du diabète entre des pays dont la répartition par âge est différente, comme le Japon et l’Inde par exemple. Afin d’établir de telles comparaisons entre les pays, il convient d’utiliser des estimations comparatives ajustées en fonction de l’âge. La prévalence comparative du diabète ajustée en fonction de l’âge a ensuite été établie en standardisant la prévalence de chaque pays par rapport à la population standard de l’OMS en 2001. La population standard de l’OMS en 2001 a été calculée pour la période 2000 à 2025 et peut donc être utilisée dans le cadre des estimations comparatives ajustées en fonction de l’âge pour 2019.

Bien qu’il puisse être tentant de se concentrer uniquement sur les chiffres d’un pays ou d’une Région de la FID, d’autres facteurs doivent être pris en compte dans le cadre de l’interprétation des estimations de l’Atlas du diabète de la FID et de toute différence avec celles de l’édition précédente. Les raisons possibles des différences significatives sont :

  • La prise en compte de nouvelles études pour certains pays sans les données nationales que mentionnait l’édition précédente.
  • Dans le cas des extrapolations quant aux estimations de la prévalence pour les pays ne disposant pas de données nationales, de nouvelles études ont été incluses pour ces pays et ont été utilisées pour lesdites extrapolations.
  • Des modifications sont intervenues dans la sélection des études par rapport à l’édition précédente suite à une mise à jour du score du processus de hiérarchie analytique (« Analytical Hierarchy Process », AHP).
  • Certaines enquêtes STEPS de l’OMS étaient incluses dans l’édition précédente mais n’apparaissent plus ici suite à l’apparition de doutes quant à leur validité.

Les détails quant à la méthode utilisée dans l’Atlas du diabète de la FID ainsi que la liste complète des sources de données utilisées pour estimer la prévalence du diabète dans chaque pays peuvent être consultées à l’adresse : www.diabetesatlas.org

L’augmentation de la prévalence du diabète de type 2 est associée à des niveaux plus élevés d’urbanisation, au vieillissement de la population, à des modes de vie inappropriés, y compris une activité physique insuffisante et une consommation accrue d’aliments néfastes. Les causes de l’augmentation de l’incidence du diabète de type 1 n’ont pas encore été clairement définies.

Selon les estimations, les dépenses de santé liées au diabète représentent actuellement 10 % du budget total des soins de santé dans le monde. On prévoit que 700 millions de personnes viront avec le diabète en 2045, il est donc essentiel de redoubler d’efforts pour mettre en œuvre des plans de prévention du diabète de type 2 et des façons plus rentables de prendre en charge le diabète de type 1, de type 2 et le diabète gestationnel.

Les données quant à l’incidence et à la prévalence du diabète de type 1 chez les enfants sont rares et elles sont recueillies principalement dans les pays à revenu élevé, ce qui peut avoir un impact sur les chiffres définitifs. Dans les populations d’origine européenne, presque tous les enfants et adolescents atteints de diabète vivent avec un diabète de type 1 tandis que dans d’autres populations (p.ex. le Japon), le diabète de type 2 est plus courant que le type 1 dans cette tranche d’âge. Dans les pays où l’accès à l’insuline est limité et les services de santé insuffisants, les enfants et adolescents atteints d’un diabète de type 1, même correctement diagnostiqué, connaissent de graves complications et une mortalité précoce. Les facteurs de risque du diabète de type 1 ne sont pas clairement définis non plus, mais ils ont été associés aux infections et à d’autres facteurs environnementaux.

Parmi toutes les régions de la FID, la Région Pacifique occidental compte le plus grand nombre de personnes entre 20 et 79 ans (1,7 milliard). Cet état de fait pourrait expliquer pourquoi c’est dans cette Région que l’on compte le plus grand nombre de personnes atteintes de diabète (163 millions).

Dans le monde, la moitié des personnes atteintes de diabète ne sont pas diagnostiquées. Nous pouvons optimiser le taux de diagnostic en améliorant la sensibilisation aux symptômes du diabète de type 1 (soif, augmentation de la miction, fatigue, perte de poids soudaine, faim) et en augmentant les possibilités de dépistage pour les personnes à risque élevé de diabète de type 2 (âge avancé, surpoids et obésité, complications, peu d’activité physique et mauvaise alimentation).

Au niveau mondial, une naissance sur six (16 %) est concernée par l’hyperglycémie pendant la grossesse. Le risque de diabète gestationnel augmente avec l’âge. Le diabète gestationnel est associé à des complications pendant l’accouchement pour la mère et l’enfant, de sorte qu’il impacte non seulement de manière immédiate la santé maternelle et néonatale, mais qu'il augmente également le risque de diabète de type 2 chez la mère et son bébé.  

Pour plus de détails et des estimations détaillées par pays, visitez www.diabetesatlas.org (à partir du 14 novembre), ou contactez atlas@idf.org.

Nous utilisons des cookies afin de nous assurer que vous faites la meilleure expérience de notre site diabetesatlas.org et aussi pour collecter des informations personnelles et partager des informations sur l'utilisation du site Internet.
Consulter notre politique de confidentialité

Accepter