Aperçu démographique et géographique

Le diabète touche tous les âges, tous les continents et toutes les communautés

Le diabète est influencé par une interaction complexe de facteurs comportementaux, génétiques et socio-économiques, dont beaucoup échappent à notre contrôle individuel.

Profil d'âge du diabète

Population active

Trois personnes vivant avec le diabète sur quatre (352 millions de personnes) sont en âge de travailler (c'est-à-dire entre 20 et 64 ans). Ce nombre devrait augmenter jusqu'à 417 millions d'ici 2030 et jusqu'à 486 millions d'ici 2045.

L'impact humain va donc croissant, tout comme les conséquences sur la productivité et la croissance économique dans les décennies à venir.

Personnes âgées

En 2019, on estime à 111 millions le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans vivant avec le diabète. Dans ce groupe d'âge, on estime qu'un adulte sur cinq vit avec le diabète.

On pense que d'ici 2030, le nombre de personnes de plus de 65 ans atteintes de diabète atteindra 195 millions. Et ce nombre grimpera jusqu'à 276 millions en 2045. Ces données soulignent une augmentation importante du nombre de personnes vivant avec le diabète dans les populations vieillissantes au cours des 25 années à venir et mettent également en évidence les inévitables défis en matière de santé publique et d'économie que cela implique.

Enfants et adolescents

Le nombre d'enfants et d'adolescents (âgés de moins de 20 ans) vivant avec le diabète de type 1 est estimé à 1,1 million. Certaines données indiquent que le diabète de type 2 chez les enfants et les adolescents est en augmentation dans certaines régions, mais il n'est pas possible actuellement d'en estimer le nombre en raison d'un manque de données.

En savoir plus

Profil géographique

Prévalence du diabète

La Région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) de la FID présente la prévalence ajustée en fonction de l'âge la plus élevée chez les adultes pour 2019, 2030 et 2045 (12,2 %, 13,3 % et 13,9 %, respectivement).

La Région Afrique (AFR) de la FID présente la prévalence ajustée en fonction de l'âge la plus faible pour 2019, 2030 et 2045 (4,7 %, 5,1 % et 5,2 %), probablement en raison d'une urbanisation moins importante, de la dénutrition et de taux inférieurs en matière de surpoids et d'obésité. Toutefois, le nombre de personnes vivant avec le diabète dans cette Région devrait augmenter de 143 % d'ici 2045, la plus forte augmentation en terme de pourcentage de toutes les Régions au cours de cette période.

Pays comptant le plus grand nombre de personnes vivant avec le diabète

Les pays dans lesquels on trouve le plus grand nombre d'adultes vivant avec le diabète en 2019 sont la Chine, l'Inde et les États-Unis, et on estime qu'il en sera de même en 2030.

Le nombre de personnes vivant avec le diabète au Pakistan devrait dépasser celui des États-Unis d'Amérique d'ici 2045, ce qui placera le pays au troisième rang.

Décès imputables au diabète

On estime que la Région Pacifique Occidental (WP) de la FID compte le plus grand nombre de décès imputables au diabète, soit 1,3 million chaque année. Vient ensuite la Région Asie du Sud-Est (SEA), avec 1,2 million de décès. La Région de la FID qui présente le nombre de décès liés au diabète le plus faible est l'Amérique Centrale et du Sud (SACA) (0,2 million).

En savoir plus

Pays à revenu faible et intermédiaire

Au cours des 25 prochaines années, la prévalence du diabète devrait augmenter dans tous les pays, la plus forte croissance étant attendue dans les pays à revenu intermédiaire.

Inégalités mondiales

Les inégalités quant à l'accès à des soins de santé de qualité persistent, en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Souvent, le diabète n'est pas diagnostiqué ou est mal traité, les patients n'ayant pas accès aux médicaments et dispositifs essentiels dont ils ont besoin.

  • Diabète non diagnostiqué

    On trouve des cas de diabète non diagnostiqué partout dans le monde, mais c'est dans les pays à revenu faible que la proportion est la plus élevée, soit 66,8 % de diabète non diagnostiqué (deux personnes sur trois vivant avec le diabète). Cette situation est multifactorielle : accès limité aux services de santé, formation inadéquate des professionnels de santé et méconnaissance des symptômes au sein de la population en général.

  • Mauvais diagnostic

    Dans de nombreux pays moins bien pourvus en ressources, les professionnels de santé sont peu sensibilisés au diabète de type 1 et les installations de test de la glycémie sont limitées, ce qui signifie que la maladie est souvent confondue avec le paludisme, la pneumonie ou diverses autres pathologies.

    Si le diagnostic de diabète de type 1 est retardé ou s'il n'est pas posé, le risque de complications graves et de mortalité augmente. Si le diagnostic n'est pas posé du tout, c'est la mort assurée pour la personne concernée. Cela pourrait bien être la cause de décès la plus courante chez les enfants vivant avec le diabète de type 1 à l'échelle de la planète.

  • Enfants et adolescents

    Dans les pays où l'accès à l'insuline est limité et où les services de santé sont insuffisants, les enfants et adolescents vivant avec le diabète de type 1, même correctement diagnostiqué, connaissent de graves complications et souvent une mortalité précoce.

  • Hyperglycémie pendant la grossesse

    Neuf naissances vivantes sur 10 atteintes d'hyperglycémie pendant la grossesse sont observées dans les pays à revenu faible et intermédiaire, où l'accès aux soins prénatals peut être limité.

  • Accès à l'insuline

    Dans le monde entier, bon nombre de personnes atteintes de diabète de type 1 n'ont pas accès à l'insuline dont elles ont un besoin vital. En outre, les estimations montrent qu'une personne sur deux atteinte de diabète de type 2 n'a pas accès à l'insuline qui lui a été prescrite. Les populations issues de milieux à faible revenu sont celles qui souffrent le plus du manque de disponibilité des médicaments contre le diabète. Par exemple, 86 % (quatre personnes sur cinq) des personnes vivant avec le diabète de type 2 en Afrique n'ont pas accès à l'insuline dont elles ont besoin.

  • Mortalité

    90 % de tous les décès précoces liés au diabète et 87 % de tous les décès liés au diabète surviennent dans les pays à revenu faible et intermédiaire. En comparaison avec les pays à revenu élevé, les pays à revenu faible et intermédiaire présentent les taux de diagnostic du diabète les plus faibles et des difficultés d'accès aux soins, ce qui peut expliquer ces pourcentages.

Conseils en vue du plaidoyer : porter les engagements internationaux en ce qui concerne le diabète au niveau national

Par le passé, le diabète n'a pas suscité grande attention chez les politiques, mais la situation s'est améliorée au cours des 15 dernières années, avec l'adoption de certains engagements internationaux.

En tant que militant contre le diabète, il est important que vous soumettiez ces engagements internationaux jusque dans la sphère nationale et que vous les invoquiez pour étayer vos demandes aux gouvernements. Si vous constatez que les avancées qui ont eu lieu dans votre pays sont insuffisantes pour que cet objectif soit atteint, demandez à votre gouvernement de rendre des comptes, exigez des mesures plus conséquentes et plus efficaces afin de combler les lacunes existantes.

Nous utilisons des cookies afin de nous assurer que vous faites la meilleure expérience de notre site diabetesatlas.org et aussi pour collecter des informations personnelles et partager des informations sur l'utilisation du site Internet.
Consulter notre politique de confidentialité

Accepter